Paper, un excellent mix entre Facebook et Flipboard
  • Mar 2014
  • 1197

Le 4 février dernier, le géant Facebook fêtait ses 10 ans et annonçait la sortie de son nouveau-né : Paper. Hybride entre un agrégateur de news et votre Timeline Facebook, l’outil vous permet de suivre les actualités de vos amis, vos pages et des news mondiales.

 

Une application ambitieuse

Paper n’est pas la première appli développée par Facebook qui s’utilise séparément du réseau social. Cependant, les échecs essuyés avec Poke ou encore Messenger ont offert à Facebook une vision plus ambitieuse. Pour son nouveau joujou, le réseau social a vu grand, très grand,  et ça paye ! Classé 2 ème des téléchargements de l’app store aux USA, avec une note culminant à 4.5/5, Paper fait pour le moment l’unanimité auprès de ses utilisateurs. Il faut cependant modérer ce résultat obtenu par l’effet de nouveauté, il serait intéressant de regarder le nombre d’utilisateurs dans quelques mois afin de comparer ces données.

 

Une ergonomie futuriste

Inspiré de Flipboard, ce journal personnalisable opte pour une toute autre navigation que celle proposée par la timeline de Facebook. Ici, ni « newsfeed », ni  « timeline », ni défilement vertical mais un défilement horizontal fluide qui vous permet de sélectionner des thèmes afin de créer votre propre journal en ligne.

Pour sélectionner les thématiques il vous suffit d’aller dans votre éditeur. Paper vous dévoile toutes les sections que vous pouvez choisir.

Paper Facebook

Après avoir ajouté les catégories à mon journal, Paper nous propose une multitude d’articles à découvrir sur chaque thématique. Ici, je peux balayer les articles de la catégorie « cuisine » grâce à la barre horizontale.

Thématique Paper Facebook

Sur les réseaux sociaux, l’image a une place prépondérante (relire l’article sur le picture marketing) et Paper ne déroge pas à la règle avec l’omniprésence de celle-ci sur son journal en ligne. Ici, les images occupent la partie supérieure de l’écran et il est également possible de les voir en plein écran une fois que l’on clique dessus.

 

Social avant tout !

Bien évidemment, Paper intègre toutes les fonctionnalités du réseau social. À tout moment il vous est possible de liker, partager ou commenter un contenu. De plus, dans l’en-tête des thèmes, vous retrouverez les fonctionnalités habituelles de Facebook comme l’ajout d’amis, les notifications ainsi que la messagerie.

 

Nous rajouterons, qu’en plus de reprendre les fonctionnalités de Facebook, l’application s’intègre parfaitement dans le nouveau visage d’iOS7, en jouant sur la transparence, les couleurs ou encore le tactile. En effet, les déplacements dans l’application se font essentiellement grâce au balayage des doigts sur l’écran.

Ex : Pour ouvrir un article il suffit de glisser les doigts de haut en bas et pour le fermer de bas en haut.

Ces mouvements simples et ludiques offrent une expérience mobile innovante et différente de celle proposée par Facebook actuellement. De plus, Paper permet au réseau social d’étendre sa stratégie sur mobile. En effet, Facebook s’est lancé tardivement sur mobile, c’est pourquoi il se développe activement avec le rachat de différentes applications comme Instagram, Waze ou encore WhatsApp qu’il vient de racheter 19 milliards de dollars.

Après cette première utilisation de Paper, nous sommes conquis. En effet, l’application séduit par son design innovant et par ses fonctionnalités sociales mêlées à un journal en ligne attractif.  Cependant, en France il faudra encore patienter un peu avant de voir débarquer Paper. Le réseau social doit d’abord nouer des partenariats avec des médias afin d’alimenter le contenu de l’application.

Enfin, sur Facebook, les marques l’ont bien compris, le nerf de la guerre est la visibilité. Nous sommes donc en droit nous demander comment Paper choisit les informations qui seront relayées sur l’application et comment Paper classe les informations dans le défilement horizontal (premier article, deuxième etc). Se base-t’il sur un Edgerank spécial ou une régie publicitaire ? Il nous semblerait intéressant d’identifier ce mécanisme de diffusion et ainsi connaître la nature de son business model.

NB : Poke permettait d’envoyer des messages au format texte, photo ou vidéo à vos amis Facebook de manière instantanée.

Commentaires

  • Serge Meunier

    Bonjour
    Merci pour votre post. Pulse/LinkedIn, Paper ou même un « simple » Google bien mené, ces médias se succèdent qui, chacun, devient le fer de lance de tel ou tel géant dans la course pour nous séduire. Il est intéressant de constater en quoi les interfaces tirent parti des possibilités graphiques et d’usage des devices mais nous ne devons pas oublier la substance des articles : le risque c’est nous voir « enveloppés » d’une info issée et nous devons être vigilants. À suivre donc !..

    05 Mar 2014
    • komunityweb

      Très juste Serge, la qualité du contenu reste le nerf de la guerre même si effectivement elle est bien souvent plus orientée vers par la primeur que vers le fond ! C’est ainsi que sont calqués les business models des médias…

      05 Mar 2014
    • Serge Meunier

      A notre regard donc d’être vigile 😉

      05 Mar 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *