L’Open Graph 2.0 de Facebook : en pratique avec l’application Vogue Social Reader
  • Fév 2012
  • 1459

Après le lancement de la Timeline et du Ticker, Facebook annonçait, il y a quelques semaines, le lancement de son Open Graph 2 . Testé pendant plusieurs mois par des entreprises triées sur le volet, comme Spotify ou Tripadvisor, cette nouvelle version de l’Open graph amène deux changements majeurs

– la publication automatique d’action sur le mur des internautes

– la personnalisation des actions pour les marques

L’automatisation des actions de l’internaute sur Facebook

Avant l’arrivée de l’Open Graph 2.0, la publication d’une action de l’internaute sur son mur résultait uniquement d’une action volontaire de l’internaute.

Pour que ses amis puissent voir qu’il aime une page, il fallait que l’internaute fasse l’effort de cliquer sur « like » et donc de décider de la création d’une publication associant son nom à la marque.

L’open graph 2.0 introduit la notion d’action automatique

L’Open Graph 2 apporte en plus de l’action volontaire de l’internaute, l’ action automatique .

En autorisant l’application intégrant l’Open Graph 2.0 à accéder à ses données, l’internaute autorise également la publication automatique de ses actions sur l’application.

Ainsi le simple fait d’avoir écouté un morceau de musique, sur Spotify par exemple, génère une publication sur son mur.

Ex : Isabelle a écouté « Far Nearer » de Jamie XX sur Spotify

Pour générer ces actions automatiquement, les marques doivent au préalable déterminer des « verbes d’action » associés à des « objets » qui lui seront propres.

L’open Graph 2.0 permet aux marques de définir leurs propres actions

  La deuxième nouveauté de cette nouvelle version de l’open graph Facebook vient de la possibilité pour les marques de créer leurs propres actions.

Le contenu des publications automatiques (verbe+action) doit en effet être déterminé par les développeurs de marque.

Ainsi, Spotify a défini comme action propre à son application « écouté récemment sur Spotify », comme verbe et le nom des titres +nom de l’artiste comme objet …

Ce nouvel Open graph amène donc des nouveaux enjeux pour les marques.

Facebook leur permet de personnaliser l’expérience des internautes sur leur application et ainsi renforcer leur identité.

La notion de publication automatique se révèle également très intéressante pour les marques, qui voient ainsi leur visibilité décuplée grâce à un volume important de publications les mentionnant.

Si on pouvait craindre, avec cette automatisation, une déferlante de publication noyant le flux d’actualité, il n’en est rien car le lancement quelques mois plus tôt du Ticker (flux d’actualité en direct) permet de relayer ces publications automatiques sans envahir le flux d’actualité.

Essai transformé pour Spotify qui a annoncé un gain de plusieurs millions de nouveaux inscrits seulement quelques semaines après la mise en place de son application intégrant l’Open Graph 2.0.

On ne devrait donc pas tarder à voir affluer les marques françaises sur le créneau. Parmi elles, Vogue, a déjà sauté le pas et annoncé la semaine dernière sa nouvelle application, Vogue Social Reader with Open Graph 2.0 of course !

Vogue Social Reader : la première application de magazine Français intégrant l’Open Graph 2.0

Vogue a donc lancé son application Social Reader, une application où l’on peut retrouver des articles, des contenus photos et vidéos sur le secteur de la mode.

On remarque que l’application inclue la possibilité de désactiver les publications automatiques (toutes les applications Open Graph 2.0 devront l’avoir) grâce au bouton on/off à gauche du header.

Ensuite l’application reste assez simple puisque que 3 possibilités s’offrent à l’internaute :

• visionner les contenus sélectionnés par Vogue

• ceux que ses amis ont consultés

• les plus vus

Vous pouvez également invitez vos amis à utiliser l’application.


Les actions développées par Vogue

  Au travers de son application Social Reader, Vogue a donc développé des actions qui lui sont propres. Nous en avons identifié trois :

Watched [verbe]+ titre de la vidéo [objet]

Read [verbe]+ titre de l’article [objet]

Took a look [verbe]+ titre des contenus photos [objet]

Vogue en intégrant l’Open Graph 2.0 a mis de côté le bouton « like »

On peut regretter la disparition du bouton « Like ». Si l’Open Graph 2.0 permet de nouvelles actions automatiques, celles-ci ne doivent pas être au détriment des actions volontaires des internautes issues notamment du bouton «Like».

Dans l’exemple ci-dessus, on peut certes recommander l’article à ses amis, mais pas liker une photo en particulier. L’open Graph 2.0 me semble un outil complémentaire et non un outil qui se substitue à ceux déjà existants.

On peut aussi peut être, noter un manque d’interaction entre la marque et les internautes avec l’absence de possibilité de commenter les articles ou contenus. Il semblerait cependant que ce soit un choix délibéré de la part de la marque.

Sarah Herz , directrice des activités digitales de Condé Nast France, confiait a DOCNEWS en janvier dernier : « Les lecteurs sont des amoureux de la marque. La parole est celle de Vogue, on ne se mettra jamais au participatif. Nous diffusons l’information sur les réseaux, mais nous ne favorisons pas l’interaction, ni le participatif ». 1

De la même manière on peut regretter que Vogue relaye via son application les mêmes contenus que sur son site. Vogue a sauté sur les dernières mises à jour de Facebook pour valoriser son application mais étrangement ne déploie pas une stratégie de contenu dédiée à Facebook avec du contenu exclusif, comme peut le faire la marque de luxe Burberry par exemple.

Avec son application Vogue Social Reader, Vogue a confirmé son implication dans le digital en lançant la première application française de magazine intégrant l’Open Graph 2. Cependant, la stratégie de contenu pourrait être davantage optimisée pour Facebook afin de faire du réseau social un espace médiatique complémentaire à leur site internet.

1. Lire l’interview en entier sur http://www.docnews.fr/actualites/ere-digitale-vogue,11766.html


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *