Le potentiel du social gaming : un outil marketing puissant
  • Jan 2011
  • 1517

Chacun d’entre nous sur Facebook a déjà été exposé au « social gaming », ces jeux interactifs un peu addictifs du type The Biggest Brain. Une bonne partie d’entre nous s’est même laissé séduire en y jouant au moins une paire de fois. C’est d’ailleurs presque inéluctable car nous recevons plusieurs demandes de la part de nos amis qui nous invitent à venir battre leurs scores !

Un des meilleurs exemples est le plus grand succès de Zynga, Farmville avec presque 30 millions de personnes abonnées à la page fan !

C’est un jeu qui provoque clairement une dépendance chez des millions de personnes et qui attire tous les jours des milliers de nouveaux joueurs.

Cette application Facebook envoie la plupart des ses invitations par l’intermédiaire de ses joueurs ne nécessitant pas ainsi de réels besoins publicitaires. En effet, chaque jour des nouvelles invitations sont postées sur les murs des joueurs apparaissant ainsi aux yeux de chacun des amis du joueur. Un ami du joueur se laissera alors tenté ce qui fera de lui à son tour un nouveau prescripteur pour ses amis !
Zynga n’a donc aucun besoin publicitaire. Son principal job étant de rendre le jeu le plus attractif possible pour ses fidèles joueurs ce qui lui permet de continuer à générer du Buzz sur Facebook.

Sans aller jusqu’à la création de jeux arcades, il est possible de faire parler de sa marque par la création d’application Facebook comme des Quizz ou des jeux concours. Radio SNCF, l’a récemment démontré avec son application « Mon statut vocal » qui a ensuite été relayée par de nombreux médias, blogueurs et autres aficionados. Un coût qui au final est plus que largement amorti par le buzz généré et la diffusion « gratuite » de l’information dans les médias.
Imaginez le coût que cela aurait représenté si la marque avait dû payer une page de publicité dans chacun des médias ou l’information a été diffusée (journaux, magazines, blogs, etc.).
Il s’agit donc pour les entreprises d’une réelle possibilité de se faire remarquer tout en communiquant sur une image dynamique et innovante !

Outre le développement de la popularité et de l’e-réputation de la marque, c’est sur un plan marketing et commercial que la création d’applications ou de jeux est intéressante. En effet, cela permet de récolter des informations ultra pertinentes sur sa cible à savoir la récolte des e-mails des joueurs et plus récemment celle des adresses et des numéros de téléphone.
Informations qui pourront être ensuite utilisées à des fins marketing et commerciales pour la qualification de sa base de données (newsletter, relance commerciale, etc.).

Le modèle du jeu social (Social Gaming) par rapport aux applications type quizz et jeux concours détient donc un grand potentiel pour les annonceurs et les marques en général. Au lieu du barrage conventionnel de la publicité à la télévision ou à la radio, les aficionados de jeux sont plus engagés et donc plus ouverts à l’acceptation de marques ou de produits qui sont devenus les composants d’un jeu qui les anime et les rend joyeux !

Le jeu « Chocolatier » sur Facebook est une version libre (gratuite) d’une version illimitée (complète) vendue à 7 $ sur Playfirst. La thématique du jeu est simple, elle tourne autour de la fabrication et de la revente de chocolats. Il ne s’agit pas d’ailleurs uniquement d’une opération marketing pour promouvoir la page fan Facebook mais bel et bien de développer la popularité du Chocolaiter Charles Chocolates en introduisant la confection de certaines confiseries de la marque dans le jeu.
Charles Chocolates est un chocolatier réel (dans la vraie vie je parle) basé à San Francisco et qui a été créé par des artisans en 2004. Il a gagné beaucoup de reconnaissance dans le cercle privé des gastronomes et s’attaque maintenant au marché de masse.
Plutôt que de poster une annonce publicitaire sur Facebook, Charles Chocolates présente ses produits à de nouveaux marchés via la création d’un jeu, ce qui a le bénéfice de placer ses chocolats dans une position très désirable. Les joueurs associent alors leurs chocolats avec d’autres produits haut de gamme dans le jeu et ils sont mieux récompensés quand ils fabriquent et vendent leurs produits dans le jeu.

La force sociale du jeu permet alors de construire une affection à la marque bien plus forte à travers une plateforme acceptée par l’audience. Les marketeurs sont en effet assurés d’obtenir un auditoire cible qualifié aimant les jeux et les chocolats bien évidemment.

C’est un nouveau type de marketing sur Facebook qui n’a pas encore été très utilisé des grandes marques mais le concept d’utiliser des jeux n’est pas en lui-même entièrement nouveau. Pour exemple, le succès phénoménal de la campagne Doritos Hôtel 626. Il s’agit d’un jeu interactif en ligne. L’intrigue est très bien réfléchie puisque le jeu n’est accessible que de 18h00 à 6h00 du matin. Les joueurs peuvent immédiatement associer le produit avec l’observation d’un film. Le jeu lui-même est d’une réalité effrayante ce qui a notamment généré un énorme Buzz aux Etats-Unis. Il est très réussi et est maintenant considéré comme un classique !

Jusqu’à présent, la récolte de données à des fins marketing à travers l’usage d’applications Facebook doit être mentionnée pour des raisons de « protection de vie privée ».
Il y aurait un chiffre qui circule comme quoi 80% des joueurs de sexe féminin acceptent de partager leurs données. Cependant, nous n’avons pour le moment aucune information sur la manière dont ce chiffre a bien pu être obtenu…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *