A la recherche d’un business modèle : Facebook en 2012 et perspectives pour 2013
  • Déc 2012
  • 1023

L’année 2012 aura sans nul doute possible, été une année charnière pour le réseau social de Mark Zuckerberg. Après une entrée en Bourse qui a fait grincer des dents (et pas uniquement celles des investisseurs), cette deuxième partie de l’année marquée par un tournant dans la course à la rentabilité inquiète les community manager et les chefs d’entreprises présents sur Facebook. Alors, quel avenir imaginer pour le géant du web social ?

 

Retour sur une année riche en rebondissements pour Facebook

Fin 2011, la généralisation de Timeline, aka le plus grand changement de Facebook depuis sa création est lancé. L’année 2012 avec une entrée en bourse prévue pour le mois de Mai devait s’annoncer de bons augures pour le réseau social. Et pourtant cette année, fut l’année des échecs en demi-teinte et des doutes des utilisateurs.

Un mois avant d’entrer au Nasdaq, on apprend que les résultats du premier trimestre sont décevants par rapport aux chiffres que les prévisions laissaient entrevoir. Ce qui sera l’entrée en bourse la plus importante de l’histoire d’internet déçoit et les investisseurs commencent à s’interroger sur la rentabilité de leur investissement.

Pour parer à leur défection éventuelle et dans l’optique discutable de toujours améliorer son réseau social, Marc Zuckerberg et son équipe lancent les Promoted Post. Coup de tonnerre au royaume du community management : il faudra désormais payer pour que les fans -qui en principe sont intéressés par les publications puisqu’ils ont liké la page- puissent en effet voir celles-ci s’afficher dans leur timeline. Le fameux reach de Facebook qui donne corps au débat ces derniers mois.

Il y a t’il eu oui ou non une baisse volontaire de ce taux de visibilité afin d’inciter les gestionnaires de page à passer à la caisse ? D’un côté, des études d’ agences de social média comme celle menée par EdgeRank Checker nous affirment qu’il y a bien une baisse des reach (organique & viral) ainsi qu’une baisse de l’engagement ; et de l’autre, les déclarations vagues de la firme de Palo Alto ne font que renforcer nos doutes.

Les promoted posts sont loin d’être les seules nouveautés publicitaires du réseau social en cette année 2012. Facebook tente en effet un bon nombre de nouveaux formats à destination des entreprises pour promouvoir leur marque sur Facebook avec plus ou moins de succès d’ailleurs. Du suggested post aux offers en passant par le bouton « want », Facebook a un peu noyé ses clients sous toutes ces nouveautés (d’ailleurs on vous prépare un petit billet à paraître prochainement pour faire le point sur tous ces formats de publicités).

Exemple de suggested post que vous pouvez voir sur votre fil d’actualité

Tout récemment, sur les pages fans est également apparu la possibilité de mieux cibler ses messages afin de contrôler selon des critères définis (sexe, formation, zone géographique, langue, etc.) à qui pourra s’adresser le message :

Une chose est certaine, le fameux adage « Facebook est gratuit et le restera toujours » est fortement mis à mal. C’était sans compter sur une autre crise latente qui allait pointer le bout de son nez : l’inquiétude des utilisateurs sur la gestion de leurs infos personnelles.

La gestion de la vie privée au cœur des préoccupations de Facebook

Suite à des plaintes de plus en plus nombreuses de la part des utilisateurs et à une véritable dénonciation de la part des médias, le réseau social nous a permis cette année de reprendre (hypothétiquement) le contrôle sur la gestion de nos données personnelles via la création des listes d’amis et la configuration des paramètres de confidentialité.

Pourtant en Septembre, un bug -avéré ou non- a fait le tour du web en quelques heures. Après une énième modification de la Timeline, des utilisateurs commencent à se plaindre en ce jour du 24 Septembre de la remontée de messages personnels datant de 2007 à 2010 sur leur profil public. L’information est reprise partout dans les médias et sur le web, le tout ayant commencé par un concurrent direct… Twitter ! Un nombre important d’utilisateurs monte au créneau et du côté de chez Facebook on dément. Alors info ou intox ? Chacun a aujourd’hui sa propre idée sur la question et elle reste dans tout les cas discutable.

(Copiryght Petapixel )

Ce qui est certain, c’est que le petit incident aura été massivement repris et ce même par les médias traditionnels, du moins en France. Quand Facebook faisait une erreur il y a 4 ans, seuls quelques geek hyper connectés avaient vent de l’affaire. Aujourd’hui avec la force de viralité propre à l’internet social et grâce au pouvoir d’influence des médias traditionnels, la moindre affaire est relayée en masse. Outre l’envie toujours plus présente de faire du sensationnel quand il s’agit de l’atteinte à nos libertés individuelles, cet engouement pour le bug de septembre ne doit-il pas être lu entre les lignes ?

Autre preuve du malaise latent concernant la gestion de nos informations personnelles, les messages interpellant directement le réseau social sur la gestion de ces données. Ce qui s’avère être un énième hoax est pourtant repris massivement sur les murs de nos amis peu informés.

Entre bugs supposés et inquiétudes du public sur la gestion des donnés personnelles, l’année 2012 ne fut pas de tout repos pour Facebook. Tout porte à dire que nous avons de plus en plus peur du grand méchant loup…

Quel avenir pour Facebook ?

Avec un modèle économique qui se cherche encore et l’arrivée de Facebook en bourse, le réseau social se trouve aujourd’hui à une période charnière de son existence et doit au plus vite trouver un business modèle satisfaisant aussi bien pour les investisseurs que pour le public.

En octobre, le réseau social a dépassé la barre symbolique du milliard d’utilisateurs actifs assurant sa large avance en termes de nombre d’utilisateurs sur ses concurrents. Pourtant Facebook s’essouffle. Les chiffres sont bons mais la croissance monstre des années précédentes est bien lointaine.

Interrogeons nous. Le réseau est-il en train d’arriver à maturité ? Le nombre d’utilisateurs potentiellement « clients » de Facebook fait-il déjà parti des utilisateurs ? En d’autres termes, le réseau social aurait-il déjà parmi ses membres, conquit la majeure partie de son public cible ?

Si les chiffres tendent à se calmer, les usages eux se modifient. Après un passage tardif sur mobile, le réseau se nomadise avec plus de 60% des membres actifs qui accèdent à Facebook via leur mobile ou leur tablette. Car l’avenir de la firme se trouve bien sur ce secteur. Pour preuve les divers rachats récents d’entreprises spécialisées comme Instagram au cours de l’été ou les rumeurs sur l’application de rachat du chat mobile WhatsApp qui vont également bon train. Facebook a mis en place également son app center qui répertorie les jeux Facebook disponibles sur mobile comme SongPop par exemple ou encore Draw something.

L’équipe de Zuckerberg a mis du temps mais elle semble avoir enfin compris l’obligation de se positionner sur le secteur du mobile afin de rester dans la course.

Extrapolons un peu de manière totalement subjective sur un des avenirs possibles du réseau social. Une des possibilités qui se dessine de plus en plus au vue de la tendance en termes de chiffres est que le nombre de nouveaux abonnés va continuer à stagner. Peut-être même à diminuer (en 2011, en l’espace de deux mois, Facebook a perdu plus de 7 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis et au Canada). La teneur des contenus publiés elle, tend de plus en plus vers nos habitudes de consommation grâce aux onglets de partage. Une bonne manière pour Facebook de continuer à embaser nos goûts pour mieux les revendre ensuite aux entreprises concernées. Reste maintenant à savoir si le virage vers le mobile et vers la communication payante pour les entreprises, n’a pas été un peu trop tardif.

Le challenge de Facebook pour l’année à venir est donc multiple :

• Rassurer les investisseurs sur sa capacité à créer un business modèle pérenne.

• Lever l’inquiétude des internautes sur la gestion de leurs infos personnelles.

• Et enfin convaincre les entreprises (et leurs community managers) de passer à la caisse pour communiquer sur leurs marque (une rumeur parle d’ailleurs de la mise en place prochainement d’un adsense version Facebook).

L’année 2013 s’annonce donc compliquée pour la firme de Palo Alto. Une chose est sûre, les professionnels du web et les médias n’ont pas fini d’en parler !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *